Actualités

Automne : le spectre de la sécheresse ?

Depuis plusieurs mois, les modèles numériques de prévisions à long terme envisageaient une belle arrière-saison et

Depuis plusieurs mois, les modèles numériques de prévisions à long terme envisageaient une belle arrière-saison et un mois de septembre globalement sec et chaud.
Si cette perspective peut réjouir les vacanciers et le secteur du tourisme, il n'en est pas de même pour les agriculteurs et les Services hydrographiques qui redoutent maintenant une sécheresse insidieuse et durable.

Nos dernières prévisions pour la fin septembre et même octobre ne changent pas : malgré le retour temporaire de perturbations et d'orages dans le sud-est, les pressions restent élevés sur l'Europe de l'ouest.



Vers une sécheresse hivernale (pas de pluie ni de neige) ?



C'est la question de cette saison 2009/2010 ! en effet, si l'on ne redoute pas le froid cette année, c'est plutôt la crainte d'une sécheresse hivernale qui semble se profiler, notamment pour les régions du sud. En effet, il semble que les vents d'ouest redeviennent dominant sur la moitié nord de la France en novembre-décembre, apportant les pluies nécessaires à la recharge des nappes phréatiques. Mais cela sera t'il suffisant si les mois de janvier et de février s'avéraient secs?




Une situation qui risque de devenir critique dans le sud !



Pour les régions méridionales, l'inquiétude est plus justifiée. En effet, les hautes pressions devraient rester prédominantes sur le bassin méditerranéen, incluant la Côte d'Azur et la Corse. Si quelques épisodes cévenols sont probables en novembre (fortes pluies remontant de la mer vers les départements limitrophes des Cévennes...), le temps devrait rester globalement sec et doux tout l'hiver. Ce serait synonyme aussi d'un faible enneigement en montagne, ce qui ne contribuera pas à recharger les nappes phréatiques par infiltration.



Vers un printemps 2010 délicat ?


C'est en automne-hiver que les précipitations sont dites "efficaces" : c'est à dire qu'elles s'infiltrent dans le sous-sol, ne subissent pas l'évapotranspiration, et rechargent les nappes phréatiques. C'est grâce à un hiver dernier bien arrosé et bien enneigé que nous avons pu "passer l'été" actuel sans trop de dommage, malgré une sécheresse superficielle marquée depuis début août, et parfois même depuis le début de l'été pour la Côte d'Azur...

Mais si cette saison automne-hiver 2010 ne " remet pas les pendules à l'heure " en apportant les pluies et neiges habituelles, la situation pourrait alors devenir réellement critique pour l'été prochain, un peu à l'image de 1976 ou 2005.

Le printemps prochain serait alors le dernier rempart avant une véritable sécheresse en vue de l'été prochain...

DIAPORAMA

Sur le même sujet