Actualités

Glaciers des Pyrénées : en recul ?

Les Pyrénées, destination de haute montagne prisée été comme hiver, forment le deuxième massif le plus haut

Les Pyrénées, destination de haute montagne prisée été comme hiver, forment le deuxième massif le plus haut de France. Son point culminant se situe coté espagnol (Pic d'Aneto, 3404 m), tandis que le Vignemale est le plus haut sommet en France (3298 m). Des glaciers sont encore présents sur ses plus hautes crêtes...

L'alignement de ces sommets constituent une barrière remarquable, aux allures de montagne Rocheuse, propice à la peristance de petits glaciers de quelques hectares de superficie chacun. Dans un livre riche en données scientifiques et en photographies remarquables ( " Pyrénées : à la croisée des climats "), on peut retouver des exemples de ces glaciers qui, tout comme ceux des autres massifs, sont affectés par le recul contemporain...


Les glaciers des Pyrénées ?

Précisons donc qu'il existe des névés (plaques de neige glacées persistantes) et des glaciers sur les plus hauts massifs pyrénéens : ceux de la Maladetta (dont le Pic d'Aneto est le point culminant de toute la chaîne, de l'autre coté de la frontière espagnole) ; ceux du massif de Néouvielle, du Vignemale et de Gavarnie (Hautes-Pyrénées) pour l'essentiel ; on les trouve parfois dès 2600 m d'altitude, jusqu'aux cimes (3000 à 3400 m). Comme pour les Alpes, ces glaciers sont affectés par un fort recul depuis le 19 ème siècle en raison du réchauffement climatique réçent, mais ces dernières années, l'occurence d'hivers très enneigés stabilise quelque peu leur recul...

Ci-dessus, de gauche à droite : cirque de Gavarnie et névés persistants sur les gradins rocheux; massif du Vignemale et son glacier; livre " Pyrénées : à la croisée des climats " ; deux photos comparatives du recul des glaciers de la Maladetta (entre 1920 et 2006)...

Retrouvez les prévisions pour le massif des Pyrénées, ou par téléphone au 32.01*


DIAPORAMA

Sur le même sujet