Actualités

Montagne : les dangers souvent mortels de l'été

Chaque été, la haute montagne attire des milliers de randonneurs et d'alpinistes de tous niveaux. Plus de 20 000 foulent le sommet du

Chaque été, la haute montagne attire des milliers de randonneurs et d'alpinistes de tous niveaux. Plus de 20 000 foulent le sommet du Mont Blanc (4810 m). Certains itinéraires peuvent séduire par leur apparente facilité, mais il ne faut pas oublier que la montagne reste dangereuse. L'actualité nous l'a tristement rappelé en ce début de semaine, avec 4 victimes dans le Massif du Mont Blanc et dans celui des Ecrins.


Mardi 13 aout, vers 04h00 du matin, un sérac s'écroule juste sous le sommet du Mont Blanc du Tacul (4248 m) : c'est l'une des voies normales pour réaliser l'ascension du Mont-Blanc (4810 m). Cette chute de sérac, tout à fait naturelle, provoque une avalanche, bien visible sur la photo ci-dessous. Deux victimes sont à déplorer. Un peu plus tard dans la matinée, deux autres victimes sont retrouvées après une chute dans une crevasse, dans le massif des Ecrins, au niveau du glacier de la Muzelle, au sud de l'Alpe d'Huez, en Isère.


La montagne est dangereuse en été

Ces victimes étaient pourtant aguerries à la pratique de la haute montagne. D'autre part, les conditions météo étaient favorables. Mais il n'en demeure pas moins que le "risque zéro" n'existe pas, et que, bien souvent en haute montagne, ce risque est mortel.

Qu'est-ce qui rend la montagne si dangereuse en été? Tout d'abord, insistons sur la nécessité de ne pas s'aventurer de façon inadéquate : un bon équipement et une bonne préparation limitent la prise de risque. A défaut de connaître suffisament ce milieu naturel extrême, il est recommandé d'être accompagné d'un guide.

D'autre part, en raison de l'altitude et des conditions météo souvent changeantes, une randonnée de haute montagne (itinéraire glaciaire ou mixte : roches et glaciers) peut rapidement tourner au cauchemar : les efforts sont plus difficiles à gérer (oxygène plus rare), le froid et le brouillard peuvent s'avérer handicapant...

Enfin, la nature elle-même de l'itinéraire choisi comporte inévitablement des risques : chutes de pierres et de séracs, avalanches, éboulement...sont des phénomènes fréquents.


Un risque plus fort à la mi-aout

En raison de l'avancée dans la saison estivale, le manteau neigeux et les glaciers sont affectés par les changements de température : alors que la neige reste épaisse et abondante en juin et juillet, les coups de chaud entamment la stabilité de surface et fragilisent le sol, qu'il soit rocheux ou glaciaire. Ainsi, les ponts de neige ramollissent et masquent des crevasses profondes parfois de 10 à 20 mètres. L'alternance gel / dégel provoque l'éclatement des parois rocheuses, et des chutes de pierres se produisent même dans les passages les plus anodins.


Quelques conseils


Ces quelques conseils élémentaires de prudence sont largement diffusés dans le milieu montagnard, mais il convient de les rappeler :

Tout d'abord, insistons sur la nécessité d'une bonne préparation physique et matérielle, notamment en cas de bivouac et d'itinéraire glaciaire. Rappelons également la nécessité de consulter les bulletins météo détaillés avant toute ascension, notamment les paramètres techniques qui font la particularité de la haute montagne (iso 0°C, vent en altitude, etc...).

Enfin, viennent évidemment les conseils de prudence lorsqu'on se trouve sur le terrain : certaines précautions peuvent paraître logique mais ne sont pas toujours observées; comme par exemple de partir de très bonne heure (au lever du jour) de façon à bénéficier de l'effet consolidant du gel nocturne sur le maintien de la neige et des parois rocheuses, avant de redescendre en début d'après-midi afin d'éviter les effets du dégel...

Toutefois, le risque zéro n'existant pas, l'on ne peut pas tout éviter : les chutes de pierres dans les couloirs d'éboulis sont permanents, et bien souvent, l'on a d'autre choix que de se dépêcher pour traverser...Quant aux chutes de séracs en milieu glaciaire, là-aussi, pas tellement d'alternative que d'éviter les zones réputées à risques...

Retourver ici les prévisions montagne, ainsi que notre explication en vidéo du climat de la Haute-Savoie et du massif des Ecrins.


Suivez nos prévisions montagne par massif ou par station au 3201* par téléphone


DIAPORAMA

Sur le même sujet