Actualités

Tempête Christian : 180 km/h au Danemark

par

Ce lundi après-midi, des rafales à près de 180 km/h ont été enregistrées aux Pays-Bas (comme le montre

Ce lundi après-midi, des rafales à près de 180 km/h ont été enregistrées aux Pays-Bas (comme le montre notre photo d'illustration prise en Frise à Hoorn), ainsi qu'au Danemark.


Dans la nuit, le sud de l'Angleterre, notamment le littoral, a été exposé à de puissantes rafales de vent pouvant atteindre les 140 km/h, le tout accompagné de fortes précipitations (on attend de 30 à 50 mm en quelques heures avec un risque d'inondations ponctuel). Aux Pays-Bas, la situation est très délicate : une partie du pays étant situé au niveau voire en-dessous du niveau de la mer et protégé par des digues, le risque de submersion semble très important avec des rafales qui ont déjà dépassé les 180 km/h localement. Heureusement, en raison de coefficients de marée très bas (35) et d'un vent fort de sud-ouest, la forte houle générée au large par le passage de Christian devrait en grande partie épargner les polders. En Allemagne, Hollande, Suède et Danemark, cette tempête Christian est finalement aussi violente que la tristement célèbre "tempête de 1999" qui avait ravagé une partie de la France et de l'Europe.


Des rafales jusqu'à 160 km/h sur la côte danoise

Ce soir, la tempête Christian frappera le littoral danois. La façade maritime occidentale du pays (côte ouest) risque d'être la plus affectée par le passage de ce phénomène : on attend en effet des rafales proches de 160 km/h en bord de mer et 130 km/h dans l'intérieur des terres. Le sud de la Suède est également très menacé.

Par la suite, Christian perdra peu à peu ses caractéristiques tempétueuses même si le sud de la Suède se prépare à son arrivée lundi après-midi.



Un périple de 2000 km en 24 heures



Née au large de la Bretagne dimanche soir, la tempête Christian aura au terme de son voyage lundi soir en parvenant en Scandinavie parcouru plus de 2000 km en 24 heures. Une situation qui peut rappeler par certaine égards les distances parcourues par les plus fortes tempêtes (Lothar en décembre 1999).

Cette très rapide vitesse de progression s'explique par la puissance des courants d'altitude (jet) qui propulsent ces dépressions "comme des boulets de canon" sur de très importantes distances, d'où les dégâts et dommages rencontrés par de nombreux différents pays situés sur la trajectoire de ces phénomènes.


Retrouvez les prévisions météo dans le monde, par téléphone, au 3264*
Tempête hollande
© twitter/ Bart Nootebos

Sur le même sujet