Actualités Météo

Tempête Christian : vents à plus de 190 km/h, nombreuses victimes

par

La dépression très active, baptisée Christian, a fini par traverser l'ensemble de l'Europe du Nord hier. En moins de 48h, elle

La dépression très active, baptisée Christian, a fini par traverser l'ensemble de l'Europe du Nord hier. En moins de 48h, elle aura très rapidement circulé depuis le Proche-Atlantique vers la Scandinavie et les pays baltes. C'est entre l'Allemagne et le Danemark que son creusement a été maximal.


Dans ces régions, elle s'est en effet trouvée phasée avec un courant-jet (vent en altitude) très puissant, supérieur à 300 km/h, et a pu "exploser", ce qui signifie en jargon météo voir sa pression chuter très rapidement. Cela crée un fort gradient de pression, et par conséquent une accélération considérable des vents. Les bourrasques ont donc atteint des vitesses extrêmes entre les côtes allemandes et danoises.


Rafales extrêmes, dignes d'un ouragan



La valeur diffusée dans un premier temps de 193 km/h à Helgoland (Pays-Bas) demande confirmation, et serait peut-être due à un dysfonctionnement de l'anémomètre en raison des rafales extrêmes. Toutefois, d'autres mesures certifiées font état de 193 km/h à Kegnaes (Danemark), 183 km/h à Hörnum (Allemagne) et jusqu'à 180 km/h à Sandnaes (Danemark). Il s'agit de valeurs proches de celles observées en France lors du passage des tempêtes de 1999, ou encore de Klaus sur la moitié sud en 2009 (jusqu'à 191 km/h à Perpignan). Les vents moyens générés équivalaient à un ouragan de catégorie 1 dans certains secteurs.

Au-delà des ces rafales sur les caps exposés, les vents ont soufflé au-delà du seuil de la forte tempête sur l'ensemble du Danemark, avec par exemple 128 km/h à Copenhague et 148 km/h à Odense, en pleine ville. La durée de retour de telles valeurs est de l'ordre d'une fois tous les dix à vingt ans. L'Allemagne a aussi été impactée de plein fouet, par des rafales de l'ordre de 120 à 140 km/h dans les terres. Les 100 km/h ont aussi été dépassés à Londres (pour la première fois depuis 2007) et à Amsterdam (première fois depuis 2010).

Malheureusement, les dégâts associés à cette dépression explosive sont considérables depuis le Bénélux jusqu'à la Scandinavie. Plus de 300 000 personnes ont été privées d'électricité, l'activité économique a été paralysée et de nombreux arbres sont tombés sur les chaussées. Plus tôt dans la journée, c'est l'Angleterre qui avait essuyé la tempête. Même si les rafales étaient plus "classiques" (de l'ordre de 110 km/h dans les terres et 130 km/h sur les côtes), le bilan humain est lourd avec plusieurs victimes. En France, une personne a été emportée par la houle à Belle-Ile (56).


Vers de nouvelles tempêtes ?

Ces prochains jours, le retour au calme sur l'Europe de l'ouest sera temporaire. Un flux zonal se mettra en place à partir de ce week-end, avec un certain potentiel pour de nouveaux coups de vent, voire davantage. Restez attentifs à nos prochaines actualisations.



Retrouvez les prévisions météo pour votre ville, par téléphone, au 3201*

À lire aussi