Actualités Météo

Catastrophe en mer : les meilleurs films de tempête

par
#ActualitésInsolites

Les catastrophes maritimes liées à la météo ont le vent en poupe au cinéma. Quelques jours après la sortie

Les catastrophes maritimes liées à la météo ont le vent en poupe au cinéma. Quelques jours après la sortie du film All Is Lost, Figaro Nautisme revient sur les meilleurs films de tempête en mer.


Profitez des froides et sombres soirées d’hiver pour vous replonger dans les plus captivantes histoires de catastrophes en mer. Force est de constater, que depuis les vingt dernières années,   les scénaristes se font un malin plaisir à mettre la météo en scène, notamment en mer. Dernière grosse production hollywoodienne en date, All Is Lost, l’épopée d’un marin solitaire, interprété par Robert Redford, à travers l’océan indien. La coque de son voilier se retrouve percée et une violente tempête se met en place. Récemment, le cinéma français aussi s’est mis aux catastrophes maritimes avec En Solitaire. Un skipper du Vendée Globe, avec l’acteur François Cluzet, découvre à son bord un jeune passager inattendu lors de la course. Les deux protagonistes devront apprendre à faire face ensemble aux éléments déchaînés de la nature. Quelques années auparavant, en 2000 exactement, c’est George Clooney qui s’essayait aux joies de la navigation sous les colères du ciel : En Pleine Tempête est probablement le film de catastrophe en mer qui a marqué les cinéphiles, et les météorologues par son inspiration tirée d’un événement historique. A l’aide d’effets spéciaux à gros budgets, le film met en image l’aventure dramatique de trois pêcheurs du grand large confrontés à « the perfect storm ». Cette « tempête parfaite » fait référence au roman du même nom de la Sebastian Junger sorti en 1991. Il fait allusion à la remontée d'un ouragan (baptisé Grace) qui avait fusionné avec une grosse dépression canadienne, pour former un très vaste système dépressionnaire vers Terre-Neuve. La tempête d'Halloween 1991 constitue une référence par sa violence : 12 morts aux Etats-Unis, 208 millions de dollars US de dégâts et la plus haute vague jamais enregistrée dans les parages (30 mètres au large d'Halifax en Nouvelle-Ecosse). Autre célèbre réussite du grand écran, Lame de Fond de Ridley Scott sorti en 1996. Fondé sur des faits réels également, ce chef d’œuvre cinématographique relate la tragédie du voilier Albatross en 1961. Alors qu’aucune alerte météo n’avait été lancée à l’époque, l’équipage fût pris dans une violente tempête particulièrement soudaine au large de la Floride : 6 marins sur 19 disparurent en mer. Une tragédie imputée au phénomène de « grain blanc », le développement de brusques orages occasionnant des rafales de vent extrêmes, alors que le ciel paraissait parfaitement calme quelques heures avant.


 
Des aventures en mer sous tous les angles


D’autres réalisateurs ont choisi le thème des catastrophes maritimes en l’exploitant sous un angle différent. Titanic de James Cameron (1997) retrace les derniers instants du célèbre paquebot après sa collision avec un iceberg. Terreur sur le Britannic de Richard Lester (1974) mélange croisière, bombe à bord et météo houleuse. Le Dernier Secret de Poséidon de Irwin Allen (1979) met également en scène le naufrage d’un paquebot et la destinée malheureuse de ses passagers confrontée à des sauveteurs mal intentionnés. L’Odyssée de Pi du réalisateur Ang Lee (2012) est une jolie fable retraçant la quête d’un jeune indien livré à lui-même sur un radeau après le naufrage de son cargo. Côté science-fiction, tout en restant dans le registre des catastrophes maritimes, c’est Le Vaisseau de l’Angoisse de Steve Beck (2001) qui restera dans les annales : un paquebot italien disparu il y a quarante ans réapparaît par surprise, sans équipage, mais avec des phénomènes étranges… La navigation est décidément un thème qui captive, quelle que soit l’histoire.



Suivez la météo marine au 3201* sur votre téléphone et sur www.meteoconsult.fr.

À lire aussi