Actualités

Tempêtes de Noël et du jour de l'An : le point ce samedi

par

La dégradation généralisée des conditions atmosphériques en Europe se confirme pour la période des

La dégradation généralisée des conditions atmosphériques en Europe se confirme pour la période des fêtes, particulièrement entre le 23 décembre et le Jour de l'An. Dans ce contexte, le risque de tempête en France pour la période de Noël reste d'actualité. Les pays les plus impactés seront ceux d'Europe du nord, des îles britanniques au Bénélux et à la Scandinavie.



Une première tempête est attendue dans la nuit du lundi 23 au mardi 24 décembre sur un large tiers nord-ouest de la France : il devrait s'agir d'une tempête hivernale classique car le coeur de la dépression circulera très au nord de notre pays (au nord de l'Irlande : voir notre infographie). Le mauvais temps se décalera vers le sud mercredi 24 décembre, avec des intempéries au sud-est et en Aquitaine pour la nuit du Reveillon : vents violents, abondantes précipitations (pluies et neige en montagne).
Si la fin de cette semaine est marquée par un retour au calme temporaire samedi malgré le vent en Manche, la situation se dégrade dès lundi après-midi : un flux d’ouest perturbé se remet en place sur la France, avec le passage sur les îles britanniques d'une dépression très creuse (qui sera sans doute baptisée "Dirk" ou "Erich").


Une situation propice aux tempêtes pour la période de Noël


Un large système dépressionnaire allant du Groenland à la Scandinavie aux îles britanniques va se mettre en place juste avant noël, sous l’influence de vents d’altitude appelés courant-jet (ou jet-stream en anglais) qui auront alors tendance à se rapprocher de la France. Par conséquent, les perturbations issues de ce système de dépression, parfois explosives, seront très pluvieuses, et surtout accompagnées de vents pouvant être tempétueux. Ce rail dépressionnaire pourrait alors nous concerner jusqu’en fin de semaine prochaine au moins, voire jusqu'en fin d'année.
Pas de similitude avec les tempêtes de 1999

Nous pouvons désormais dire que ces tempêtes ne s'apparenteront pas à celles de décembre 1999, avec les passages successifs des tempêtes Lothar dans la nuit du 25 au 26 décembre, puis Martin le 27 décembre 1999. En effet, les centres dépressionnaires circuleront beaucoup plus au nord, sur les îles britanniques.
Le système perturbé sur l’Europe de l’Ouest, favorisé par un fort courant-jet (aux alentours de 300 km/h), est néanmoins prévu moins puissant qu’en 1999 (environ 400 km/h), et les dépressions associées pas aussi creuses que ces tempêtes de 1999, qui restent de toute manière exceptionnelles.



L’échéance se rapproche mais il convient de rester prudent, car la fiabilité est encore à améliorer, d’autant que les creusements dépressionnaires secondaires sont en général vus assez tardivement dans ce type de situation.

Europe_impact
© la chaîne météo

Sur le même sujet