Actualités

La sécheresse estivale s'est-elle estompée ?

par

Après deux mois de juillet et août extrêmement secs sur la France sous l'influence de conditions anticycloniques persistantes, la situation météo a changé ces derniers jours avec le passage d'une perturbation pluvio-orageuse assez active.

Une sécheresse de surface en recul ce mois de septembre

Le déficit pluviométrique important en juillet et en août et les périodes de fortes chaleurs avaient entraîné une importante sécheresse superficielle des sols jusqu'aux premiers jours de septembre. Pelouses grillées, sols desséchées et crevassées concernaient une grande partie du pays.

Depuis quelques jours, la sécheresse a cédé du terrain puisqu'il est tombé en moyenne 20 à 30 millimètres (soit l'équivalent de 10 à 15 jours de précipitations) sur un grand nombre de régions, au passage d'une perturbation pluvio-orageuse entre le 13 et le 16 septembre. En y regardant de plus près, on retrouve une certaine irrégularité des précipitations. Certains secteurs ont connu un arrosage copieux (90 mm à Biarritz et 100 mm à Ajaccio) tandis que d'autres ont été trop peu arrosés (8 mm à Nice, 10 mm à Bourges, 19 mm à Tours).

La situation bien qu'en amélioration reste fragile ; il faudrait encore de bons passages pluvieux pour retrouver une bonne hygrométrie des sols. La situation pourrait d'ailleurs à nouveau se dégrader puisqu'on attend peu de précipitations ces prochains jours. A noter qu'au 20 septembre, 50 départements sont touchés par des restrictions d'eau sur une partie de leur territoire.

 

Une situation satisfaisante pour les nappes phréatiques

 

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

 

La situation hydrologique en profondeur est nettement plus favorable qu'en surface puisque les 3/4 des nappes phréatiques conservent un bon niveau de remplissage après un hiver et un printemps bien arrosés.

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

 

Seul le sud-est du pays est moins bien loti avec des nappes phréatiques déficitaires par rapport au niveau normal. Cela s'explique par des précipitations trop peu nombreuses au cours du dernier hiver et une sécheresse qui a débuté dès ce printemps.

 

© La Chaîne Météo

Sur le même sujet