Actualités Météo

Grêle : pourquoi sa prévision est difficile

par

Le weekend dernier, des orages particulièrement violents ont frappé la Charente (Charente-Cognac) et la Gironde (le Bordelais). A leur passage, les orages de grêle ont dévasté 17 000 hectares de vignoble. Malgré les alertes émises, il était difficile de prévoir cet événement "grêligène". Pourquoi est-il si difficile de prévoir la grêle ?

Un phénomène ultra local

La grêle n’est possible que dans le développement de cumulonimbus très actifs, c’est-à-dire d’orages violents. Pour prévoir la grêle précisément, il faut donc pouvoir prévoir les orages avec précision. Or si les outils actuels de prévision ont une bonne précision à une échelle régionale, voire départementale, la difficulté des orages est qu’ils surviennent de façon encore plus locale : à quelques kilomètres près. C'est à cette échelle que les outils de prévision atteignent leurs limites.

Un orage peut donc se déclencher dans une ville dont le département a été placé en alerte, alors qu’il peut ne rien se passer à 10 kilomètres de cette ville, pourtant située dans le même département.

Une intensité difficilement prévisible

Outre la localisation, c’est également la prévision de l’intensité de l’orage qui est très difficile. Ce ne sont que les orages violents, générés par des cumulonimbus très turbulents, qui peuvent produire de la grêle.

La prévision est alors encore plus ardue, car ce phénomène (les orages violents générant de la grêle) est encore plus local que la localisation d’une zone orageuse. On estime que moins de 10% des nuages d’orage provoquent des chutes de grêle. Chacun d’eux peut pourtant déverser jusqu’à 50 000 tonnes de glace !

C’est donc la difficulté de modéliser la localisation et l’intensité des orages qui rend la prévision de la grêle particulièrement délicate.

L’un des objectifs de la météorologie actuelle est de développer des modèles (programmes) numériques “à mailles fines”, permettant justement d’élaborer une prévision très locale. Ce challenge n’est pas encore gagné même si les technologies météo progressent.

 

#bordeaux #france #summer #omg #cold #notgood

Une publication partagée par Tony de Sousa (@chino.bdx) le

Voir aussi :

Formation de la grêle

Tout savoir sur la formation des orages

Orage ou tornade sur votre route : que faire ?

Orages et dégâts : obtenir un certificat pour les assurances

 

À lire aussi