Actualités Météo

21 jours d'intempéries : le climat se détraque-t-il ?

par

Orages violents, pluies diluviennes, coulées de boues, inondations, grêle destructrice. La France a connu entre le 21 mai et le 12 juin 2018 une succession de phénomènes météo d'une intensité et d'une ampleur exceptionnelles. Ces événements, qui se sont répétés quasi quotidiennement sont-ils le signe d'un dérèglement du climat ? La Chaîne Météo revient sur cette période qui a vu plusieurs records battus.

Une situation météo atypique

Les vignes ravagées du Bordelais le 26 mai ou les inondations de Morlaix le 3 juin illustrent à elles seules la violence des évènements météo que la France a connu durant 21 jours. Ces phénomènes a répétition, qui ont fait plusieurs victimes, sont dus à la concomitance de plusieurs facteurs au premier rang desquels une situation météo atypique.

 

Habituellement à cette période de l’année, l’anticyclone des Açores commence à s’étendre vers le sud de la France et la Méditerranée tandis que les dépressions et perturbations circulent sur une large moitié nord de l’Europe. Le nombre de jours de pluies diminue et l’ensoleillement augmente. Or cette année ce fut l'inverse.

 

Une situation de blocage météorologique s’est mise en place sur le continent européen avec d’une part un puissant anticyclone centré sur l’Europe du nord et d’autre part un vaste système dépressionnaire entre le golfe de Gascogne, la péninsule ibérique et le sud de la France. Cette inversion des centres d’action n’est pas inédite au printemps, mais sa durée de 3 semaines est en revanche exceptionnelle.

 

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

 

D'importants conflits de masses d'air

Dans ce contexte météo atypique, un important conflit de masse d’air s’est opéré entre l’air frais arrivant par le proche Atlantique et l’air plus chaud et humide venant de Méditerranée et d’Europe centrale. Du 21 mai au 12 juin il a ainsi fait plus chaud dans le nord-est que dans le sud-ouest avec 27°C à Strasbourg contre 21,5°C à Biarritz.

Cette confrontation des masses d'air a part ailleurs été exacerbée par un fort contraste entre le niveau des températures au sol les après-midi (25°C) et la "goutte froide", une poche d'air à -15°C située à 5000m d'altitude.  

 

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

 

Ces contrastes de températures ont favorisé l’instabilité de la masse d'air et donc, la naissance des orages. Ces derniers ont été particulièrement violents, et particulièrement pluvieux, notamment en raison de leur faible mobilité.

 

Des orages stationnaires porteurs de pluies diluviennes

Le pays s’est trouvé régulièrement dans une situation de « marais barométrique », propice à la formation et au développement de nuages d’orages. Dans ce type de situations, les très faibles différences de pressions d’une région à l’autre ne sont pas suffisantes pour générer des vents soutenus. Les orages font donc du surplace, et déversent des cumuls de précipitations très importants.

 

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

 

Ainsi le dimanche 3 juin, 52 millimètres de pluies sont tombés à Morlaix en une heure, soit l'équivalent d'un mois de pluie. Un véritable torrent d’eau et de boue a déferlé sur la ville et engendré des dégâts très importants. Dans les zones rurales, des villages ont été envahis par des torrents de boue car les terrains agricoles n’ont pas eu le temps d'absorber ces quantités de pluie.  En zone urbaine, la forte imperméabilisation des sols et l’insuffisance des réseaux d’évacuation ont entrainé d'importants ruissellements. Certaines voies urbaines se sont transformées en torrents, emportant des automobilistes et inondant les habitations.

 

 

Une perturbation très active et des records de pluie les 11 et 12 juin

Les 11 et 12 juin, une dépression vient se creuser à 1006 hPa sur le Val de Loire. Autour de ce centre dépressionnaire une perturbation active s’organise. En météo on parle de « retour d’occlusion » avec des précipitations soutenues et durables sur un axe allant des Pays-de-la-Loire aux Ardennes en passant par la région parisienne. Cette zone de pluie se trouve coincée pendant plusieurs heures ; elle est liée à un conflit entre l’air chaud et instable qui remonte de Méditerranée et l’air plus frais qui descend des Iles Britanniques.

En une journée, 70 mm de pluie se sont abattus sur Nantes, 75 mm sur Orly et 78 mm sur Paris (soit 1 mois ½ de pluie), constituant des records de pluie en 24h pour un mois de juin. Le cumul le plus important a été enregistré à Torcy, en Seine-et-Marne avec 108 mm soit l’équivalent de 2 mois de pluie en 24h, entrainant là aussi inondations et coulées de boue.

 

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

 

L’autoroute A13, qui dessert la Normandie, s'est retrouvée inondée et coupée dans les deux sens au niveau des Yvelines. Dans l’Essonne, une rame du RER a déraillé à Courcelles-sur-Yvette suite à l'effondrement du talus de la voie ferrée, faisant 7 blessés légers.

 

Le 13 juin, d'autres pluies soutenues et durables sont tombées à proximité des Pyrénées, entrainant une crue importante et des débordements des rivières pyrénéennes en Béarn et Bigorre. A Pau un record datant du 9 juin 2000 a été battu avec 91 mm en 24 heures.

 

L'ensemble de ces épisodes et les nombreux records de pluie battus illustrent la violence et l'intensité de ces orages stationnaires qui se sont également accompagnés d'une activité électrique exceptionnelle.

 

Des records de foudroiement

Si quelques orages se sont déclenchés dès la première décade de mai dans le sud et l’est du pays, c’est au cours de la troisième décade qu'ils ont été les plus nombreux, les plus généralisés et les plus électriques. D'après les chiffres communiqués par notre partenaire Météorage, Mai 2018 a ainsi été le mois de mai le plus foudroyé de ces 30 dernières années, avec 204 000 impacts de foudre, pulvérisant l’ancien record de 2009 (84 000 impacts). Avec 33 759 impacts, c'est la journée du 28 mai qui a été la plus orageuse.

 

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

 

Cet évènement est-il une marque du changement climatique ?

Un évènement météorologique pris isolément ne peut être directement imputé au changement climatique. Les archives météorologiques font état de pluies très intenses par le passé. Grâce à la station météorologique de Paris-Montsouris, qui possède des relevés météo fiables depuis 1873 on sait par exemple qu'un évènement orageux plus intense a été enregistré le 6 juillet 2001 avec 104 mm recueillis en 24 heures.

 

Concernant les records de foudroiement, difficile voire impossible de dire s'ils sont lié à un changement du climat. Avec seulement une trentaine d’années de statistiques le recul n'est pas suffisant, d'autant plus que le premier semestre 2018 très foudroyé fait suite à une année 2017 qui a été la plus faible en matière d’impacts de foudre.

En revanche ce que l’on observe ces dernières années, ce sont des situations de blocage et des flux méridiens plus fréquents et plus durables alors que les flux d’ouest  océaniques  habituels sont un peu moins fréquents. Plus que la violence des orages ou les période électriques intenses, les grandes fluctuations climatiques (printemps 2016 très arrosé, temps très sec en 2017, très humide au premier semestre 2018…), si elles perduraient, pourraient être un signe plus évident d'une évolution du climat.  

 

 

À lire aussi