Actualités

Ouragan Katrina il y a 13 ans : la plus grande catastrophe de l'histoire des USA

par

Des vents surpuissants, des précipitations diluviennes, un chaos sans précédent dans l’histoire moderne des Etats-Unis. Cette fin du mois d’août 2018 commémore les 13 ans du passage de l’ouragan Katrina aux USA.

L’ouragan Katrina a été l’un des plus puissants de ces dernières années. Classé en catégorie 5 avec des rafales proches de 300 km/h, il a touché de plein fouet la Floride le 26 août 2005, la Nouvelle-Orléans le 28 août, l’Alabama le 30 août et le Québec le 31 août. Ce cyclone hors du commun s’est formé sur les Bahamas avant de toucher la Floride en ayant une intensité très modérée. C’est au contact des eaux très chaudes du golfe du Mexique que Katrina est devenu un cyclone majeur de catégorie 5. Il s’est légèrement affaibli en catégorie 3 en touchant terre à proximité de Biloxi, accompagné de rafales de vent proches de 200 km/h, mais surtout de pluies diluviennes et d’une pression très basse favorisant une élévation du niveau de la mer. En quelques heures, des inondations sans précédent ont touché La Nouvelle-Orléans. Une situation qui a atteint une ampleur dramatique le 31 août 2005, avec une montée des eaux fulgurante : à La Nouvelle-Orléans, presque 30 000 personnes sont évacuées en l’espace de quelques heures. En une journée, 80% de la ville se trouve engloutie sous les eaux. La plus grande catastrophe de l’histoire des Etats-Unis Un mois après le désastre, les services américains font état d'environ 1 800 morts, dont 53% d’afro-américains. C’est au total plus d’un million de louisianais qui a subit des dommages, dont plus de 300 000 ont dû être évacués. Avec un coût final qui s’élève à au moins 80 milliards de dollars, Katrina est actuellement la catastrophe naturelle la plus coûteuse de l’histoire des Etats-Unis.

Un calme inhabituel après l'ouragan Katrina

Force est de constater que l'Atlantique Nord a ensuite connu un calme exceptionnel pendant environ 10 ans. Hormis les tempêtes hivernales des latitudes tempérées, l'activité cyclonique a été marquée par une faiblesse record. Certes, on se souvient de l'ouragan Sandy ayant touché la côte Est des Etats-Unis en octobre 2012 : mais il n'était qu'en catégorie 1 sur 5 : les esprits ont été surtout marqué par sa trajectoire inhabituelle en direction de New York.

Ces variations sont naturelles, et sont corrélées à des interactions océan - atmosphère (El Nino, La Nina...) ainsi qu'aux particules sableuses en provenance du Sahara, qui inhibent la formation des ouragans. La température de l'eau de mer est aussi un paramètre fondamental pour que les ouragans se forment.

D'une manière générale, les années propices aux cyclones suivent des cycles de 5 à 10 ans ; mais pour retrouver une aussi longue série sans ouragan (qui atteint désormais 10 ans), il faut remonter 177 ans en arrière (décennie 1869), selon les archives américaines.

2017 : une saison à nouveau intense

En 2017, 10 ouragans se sont succédés rapidement en août et octobre, dont 6 ouragans majeurs. Les plus marquants furent Harvey, Irma, Maria et Ophelia qui ont coûté environ 200 milliards de dollars aux USA et plus de 800 morts, dont un bilan officieux à Porto Rico pour Maria de 499 morts. L'énergie cumulative des cyclones tropicaux (ACE) pour la saison 2017 est l'une des valeurs les plus élevées enregistrées pour une saison des ouragans dans l'Atlantique, et le plus grand total depuis la saison 2005.

A voir aussi :

Ouragans : vers une saison 2018 faible ?  

Sur le même sujet