Actualités Météo
Prévisions saisonnières pour le printemps

Par Regis CREPET, météorologue

Les prévisions saisonnières pour la France métropolitaine et l'Europe sont actualisées le 10 de chaque mois. Cette réactualisation du 10 février concerne le printemps. Ces prévisions à long terme trouvent leur intérêt afin d'anticiper les périodes de vacances ainsi que l'activité touristique et agricole. Elles permettent aussi de prévoir les périodes à risque d'intempéries.

Les prévisions saisonnières sont présentées dans cette actualisation par notre météorologue Régis Crépet avec les cartes mensuelles de prévisions européennes pour le printemps. La mise à jour du 10 février présente le scénario météo le plus probable pour les trois prochains mois : mars, avril et mai, correspondant au printemps avec plusieurs périodes de vacances scolaires. L'évolution attendue indique désormais un temps doux mais redevenant humide en mars, ce qui constituerait une bonne nouvelle pour les sols après un mois de février déficitaire. Par la suite, la sécheresse devrait rester d'actualité avec la perspective d'un beau mois d'avril sec et doux, suivi d'un mois de mai moins chaud mais toujours relativement sec.

Méthodologie utilisée pour la réalisation de ces prévisions à long terme

Les données sont issues de l'un des plus puissants modèle numérique spécialisé au monde : le modèle américain CFS (Coupled Forecast System), dont METEO CONSULT réanalyse les résultats sous forme d'une interprétation développée par nos physiciens de l'atmosphère. Les résultats peuvent alors être sensiblement différents du modèle américain mais apportent des nuances pertinentes souvent justifiées.

De plus, les prévisions décadaires vous sont proposées sur le site METEO CONSULT. Cette formule est particulièrement adaptée aux professionnels "météo-sensibles", c'est-à-dire dont les activités dépendent étroitement des tendances climatiques (tourisme, agriculture, énergie, finance, prêt-à-porter...).

Comment intérpréter les prévisions saisonnières?

Ces résultats mettent en évidence des particularités climatiques qu'il faut savoir interpréter : dans cette vidéo, nous vous présentons les paramètres les plus usuels : températures, précipitations et pression atmosphérique (centres d'action). Notez bien qu'il s'agit, pour l'ensemble de nos paramètres, de prévisions d'écart à la normale, ou : anomalies. Cette nuance est importante : ainsi, une anomalie "froide" modélisée sur l'Espagne ne signifie pas qu'il fera aussi froid qu'en Islande, mais que les températures y seront inférieures aux moyennes du climat du pays. Dans le même ordre d'idée, des précipitations excédentaires dans le Sahara ne signifient pas qu'il y pleuvra davantage qu'en France : tout est une question de rapport.

 

Voir aussi :

La tendance météo à 4 semaines, actualisée chaque jeudi.

Les saisons sont-elles décalées ?

 

À lire aussi