Actualités Météo
Grande America : quel risque de pollution sur les côtes ?

Par Regis CREPET, météorologue

Depuis le naufrage du Grande America le mardi 12 mars 2019 à un peu plus de 300 km à l'ouest de la Rochelle, la pollution initiale émise par le navire a dérivé vers le sud-est. La préfecture maritime de l’atlantique précise qu’elle est constituée de petits amas de fioul disséminés qui évoluent en fonction des conditions météorologiques et des opérations de dépollution. Si le risque de pollution sur le littoral français n’est pas envisagé ces prochains jours, on ne peut l’exclure la semaine prochaine. Analyse de la Chaîne Météo.

Les conditions générales se sont nettement améliorées depuis mardi grâce à l’installation d’un axe de hautes pressions, qui s’étend du proche atlantique jusqu’à l’Allemagne. Si  cette situation météorologique va maintenir de faibles vents dans le golfe de Gascogne, la mer elle restera agitée dans une période de fortes marées. Les conditions changeront la semaine prochaine avec le renforcement du vent de nord-est , qui s’opposera parfois aux courants marins et rendra délicate l’analyse de la dérive des petits amas de pollution.

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

Le point ce mercredi

La présence d’un anticyclone sur nord Gascogne favorise actuellement le travail de dépollution. Le beau temps, une bonne visibilité et une mer atténuée sont des éléments favorables pour la détection aérienne des amas de pollution et pour les opérations de pompage. Le vent de nord est faible, force 3 beaufort.  La mer est agitée avec une longue houle d’ouest-nord-ouest d’1,5 à 2,5 mètres. Jeudi et vendredi, le vent tournera à l’Est 3 beaufort. La mer restera agitée. Ces conditions de vent  se maintiendront le prochain week-end avec toutefois une baisse partielle de la houle.

Les conditions de mer pourraient ensuite devenir assez défavorables la semaine prochaine avec le renforcement du vent au nord-est. L’analyse de la dérive des petits amas de pollution deviendra dès lors assez délicate, car les courants marins s’opposeront ou se combineront parfois aux vents.

Ce qui s'est passé auparavant

Après avoir dérivé durant deux jours, le navire a coulé par 4600 mètres de fond, emportant avec lui des matières dangereuses et une réserve de carburant de 2200 tonnes de fioul lourd qui constituent une source de pollution diffuse pour les eaux du golfe de Gascogne et le littoral de la Nouvelle-Aquitaine. 

Dimanche dernier, les conditions météo étaient encore très perturbées sur l'Atlantique avec un flux d'ouest très dynamique. Le vent d'ouest de force 6-7 beaufort  était très turbulent et soufflait à 80 km/h en rafales dans une mer forte sous l'influence d'une longue houle d'ouest-nord-ouest de 4 à 5 mètres formée par les dépressions très creuses qui circulaient sur le nord de l'Atlantique. Ces conditions météorologiques difficiles ont constitué des éléments défavorables pour les opérations de dépollution et pour le déplacement de ces 3 nappes d'hydrocarbures vers nos côtes atlantiques. Une amélioration s'est ensuite mise en place à partir de lundi.

 

 

À lire aussi

Tendance météo jusqu'au 14 avril

L'actualité météo

Bulletin France

Articles les plus lus